mardi 14 janvier 2014

> Une (toute) petite histoire de foot…

Un entretien avec Bastien Vives lu dans sofoot.com

Première question :
"Visiblement, dans la bande dessinée, seul Bouzard et toi êtes fans de foot ?" (sic)

On passe la ligne médiane et on fonce à toute berzingue le long de la ligne de touche… mais on se retrouve de suite en position de hors-jeu.

Évidemment Franquin n'a pas dessiné d'affiches ou couvertures de programmes pour des matches de foot des Tournois des Minimes dans les années 50/60 avec Spirou et Fantasio ?…


© Franquin  - Spirou Tournoi des Minimes 1960
© Franquin  - Spirou Tournoi des Minimes 1963
© Franquin

Ni même de gags de Gaston Lagaffe dans lesquels on le retrouve comme gardien de but ?
Sans oublier la séquence mémorable de Spirou et Fantasio, Les voleurs de Marsupilami


© Franquin + Dupuis - Spirou, Le voleur de marsupilami
D'ailleurs à cette époque bénie de la bande dessinée franco-belge (enfin, surtout belge…) les pages intérieures du Journal de Spirou ou du Journal de Tintin étaient truffées de chroniques sportives : le foot ayant la part belle.

Il y a fort à parier qu'un auteur comme Raymond Reding avec ses séries essentiellement tournées vers le monde du sport (Jari ; Section R…), et particulièrement avec Vincent Larcher et Eric Castel (dont le maillot est aisément reconnaissable) devait fortement s'intéresser au foot pour en faire autant d'histoires de bande dessinée : 
Vincent Larcher #2 © Reding 
Eric Castel #1 © Reding
Et cette formidable génération d'auteurs qui se retrouvaient les samedis après-midis au Parc de Sceaux pour jouer au foot, qu'il pleuve, vente ou fasse beau ?
Des gens qui en ont fait pas mal dans leurs genres et dans l'histoire de la bande dessinée : Margerin, Juillard, Bilal, Robial, Vuillemin, Rochette, Mezieres, Teulé etc. ????…
C'était la grande époque du Mickson BD Football Club et il y eut même un livre publié dans la Collection X chez Futuropolis dans les années 80 : 


© les auteurs, Cestac + Futuropolis
Il y avait des rencontres mémorables lors de Festivals d'Angoulême, et vue la période du festival, ce ne devait pas être sous grand soleil…

N'oublions pas Enki Bilal, qui, s'il a choisi une variante de hockey tranchant comme sport futuriste dans La foire aux immortels (variante de Rollerball ?), n'a pas oublié le football ayant réalisé un livre entier à ce sujet.
Projection du foot futur, à la Bilal évidemment : Hors-jeu
Trois éditions de ce livre, dont l'actuelle chez l'un des éditeurs de Bastien Vivés qui ne semble pas savoir ce qui s'est passé avant lui ou chez son propre éditeur…


© Bilal + Autrement
© Bilal + Autrement
© Bilal + Casterman
Plus près de nous, cette carte de voeux de Monseigneur André Juillard réalisée pour un collectionneur mordant pour l'année 1998…
Année de Coupe du Monde de foot en France, faut-il le rappeler.
Juillard doit être prescient puisqu'il représente plusieurs mois à l'avance la finale dont tout le monde rêvait (bien vu n'est-ce pas), seul le but n'a pas été marqué ainsi…



Peut-être parfois vaut-il vaut mieux ne pas répondre ainsi à des entretiens de ce type ou éviter de dire n'importe quoi et passer pour celui qui se croit seul au monde avec son nombril, n'est-il pas ?…
Comme disait l'autre :  "La culture c'est comme la confiture, moins on en a, plus on l'étale."
(Jean Delacour et attribué parfois à Pierre Desproges)

Mon expérience personnelle en rapport avec la foot et la bande dessinée fut une anecdote en totale opposition avec ce préjugé foot et BD…
Forts de cette sublime analyse laissant à penser que le monde de la bande dessinée n'aime pas le foot (le statut d'artiste étant ce qu'il est), en 1998 nous avions choisi Ted Benoit et moi la date du 12 juin 1998 comme jour de vernissage de son exposition à La comète de Carthage
Pensant offrir une alternative à un match de foot aussi symbolique ou important soit-il (ce n'était ni le match inaugural, ni la finale !) face au premier match de la France dans cette Coupe du Monde…
Le fait est que très très peu de dessinateurs vinrent à ce vernissage : alors pour un monde de la bande dessinée peu intéressé par le foot… on repassera.

De là à penser qu'il n'y aurait que deux dessinateurs au monde à l'être… c'est encore plus drôle !

On siffle la fin de la partie…


MàJ 24/02/2014
J'oubliais aussi des petits formats que je lisais enfant, certains étant des histoires de foot : cela reste de la bande dessinée malgré ce que pourraient penser certains snobinards de la bande dessinée ; sans oublier des éditeurs comme Bamboo qui doivent bien avoir des séries ciblées sur le foot…